Crise d’Ethereum : Vitalik perd 400 millions de dollars │ L’information est tombée récemment et a fait grand bruit, Vitalik Buterin, l’un des fondateurs de la cryptomonnaie Ethereum aurait perdu l’équivalent de 400 millions de dollars de sa fortune personnelle cotée en Ethereum. Cette perte fait suite à la violente baisse de valeur qu’aura récemment connu l’Ethereum.

La crise de l’Ethereum

On disait de lui qu’il était le premier milliardaire en cryptomonnaie ; il accuse peu de temps après une chute significative de ses avoirs en Ethereum. Vitalik Buterin, co-créateur d’Ethereum, aura investi considérablement dans sa cryptomonnaie au point de lui devoir sa fortune. Une fortune qui, si on se fie à la conjoncture entourant les cryptomonnaies, pourrait connaître en revirement brutal suite à une hausse historique au mois de mai.

Une crise globale touchant les Altcoins

Deuxième plus grosse cryptomonnaie reposant sur le principe du blockchain après Bitcoin, Ethereum aura perdu 50 % de sa valeur en cinq semaines. La tendance à la baisse continue d’ailleurs à se poursuivre.

Le phénomène ne concerne pas uniquement Ethereum. Le Doge, le XRP entre autres Altcoins majeurs du marché accusent eux aussi une baisse significative de leur valeur depuis plus d’un mois déjà. Ethereum frappe néanmoins davantage les esprits du fait de sa notoriété et de sa valeur autrefois considérable aujourd’hui descendue en dessous des 2000 $ pour un ETH.

Le répression des mineurs de cryptomonnaie en Chine

Cette baisse est attribuable non pas à des fluctuations liées aux tendances d’achat mais à un contexte politique très particulier. Les cryptomonnaies, en effet, reposent sur leurs «mineurs» de blockchain en charge de valider les transactions. Ces acteurs, essentiels à la survie des cryptomonnaies de par le monde, sont en proie à une dure répression en Chine.

Or, ces mineurs de blockchain se trouvent avant tout en Chine, impactant lourdement le cours des cryptomonnaies.

Quelles perspectives pour l’Ethereum ?

Très volatile par essence, la cryptomonnaie est sans cesse en proie aux hausses légendaires de son cours ainsi qu’à des chutes brutales qui s’ensuivent. Si, habituellement, la perspective d’une remontée future pouvait s’envisager, le contexte politique entourant le blockchain laisse néanmoins présager le pire.

Les cryptomonnaies dépendantes des mineurs en Chine

Il est avéré que pas moins de 80 % des mineurs de cryptomonnaie sont résidents en Chine. Sans eux, l’aventure blockchain, qu’il s’agisse de l’Ethereum ou de toute autre cryptomonnaie, peut connaître une fin prématurée. Et c’est précisément ce qui pourrait arriver si les autorités chinoises poursuivaient la répression.

Lire aussi : La DeFi va-t-elle propulser l’ETH ?

Le motif de cette intervention policière chinoise tiendrait à des impératifs écologiques. Le principe du minage de cryptomonnaies est très coûteux en énergie, allant paraît-il jusqu’à représenter 0,6 % des dépenses en électricité mondiales.
Or, la Chine accuse le gros de ces dépenses énergétiques qui, en plus, reposent sur des centrales à charbon très polluantes.

Une délocalisation de mineurs de cryptomonnaies

Certains acteurs dans le domaine du minage de cryptomonnaies ont commencé à exporter leur activité à l’étranger. La reprise semble assurée en partie, toutefois, il n’est pas exclu que des mesures similaires à celles entreprises en Chine se systématisent dans le monde entier.

La question des cryptomonnaies et donc de l’Ethereum est indissociable des questions environnementales. C’est à ce titre que la reprise du cours des Altcoins en circulation paraît très incertaines à court ou moyen terme.

Credit photo : "Vitalik Buterin - Caricature" by DonkeyHotey is licensed under CC BY-SA 2.0