Le milieu des cryptomonnaies comprend de nombreux termes spécifiques. Altcoins est l’un des mots les plus régulièrement associés à la technologie blockchain et se veut assez large pour recouvrir différentes réalités.
Au sens large, les altcoins renvoient en effet à une définition simple qui, toutefois, tend à se complexifier dès lors où l’on se renseigne plus en détail. Que sont alors ces monnaies dont on entend tant parler et à quoi font-ils très exactement référence ?

Les altcoins comme suite logique du Bitcoin

La technologie blockchain sur laquelle repose l’utilisation des cryptomonnaies dans le monde se veut le corollaire du Bitcoin. Bien que l’on soit habitué aujourd’hui à ce qu’il existe une foultitude de cryptomonnaies, celles-ci se comptant actuellement en milliers, il n’en a pas toujours été ainsi.

Lire aussi : Neuberger Berman s’ouvre au Bitcoin et à l’Ether

Le Bitcoin se voulait initialement la première et unique cryptomonnaie en circulation. Cependant, cette cryptomonnaie, au regard de ses fonctionnalités, ne convenait pas nécessairement à tous. C’est pour cette raison que de nombreux développeurs informatiques, peu de temps après s’être familiarisés avec la technologie blockchain, se sont ensuite attelés au développement de leur propre cryptomonnaie.

Puisque le Bitcoin se voulait la référence ultime en matière de cryptomonnaie, on a dès lors décidé que toute cryptomonnaie qui n’était justement pas du Bitcoin était un altcoin. Les altcoins, alors, renvoient au caractère alternatif du Bitcoin. Au sens large de la définition, ils constituent toutes les cryptomonnaies qui ne sont pas du Bitcoin, ce qui, alors, constitue la quasi-intégralité des cryptomonnaies en circulation.

Les altcoins et leurs subdivisions

Bien qu’elles soient autonomes et indépendantes, les altcoins dépendent des cours du Bitcoin. On dit d’ailleurs que quand le Bitcoin éternue, toutes les altcoins s’enrhument.

Cependant, les altcoins ne sont pas de pâles copies du Bitcoin. Chacune d’entre elles a ses particularités propres. Pour cette raison et, parce que le terme «altcoins» se voulait trop généraliste, les altcoins se subdivisent en une myriade de catégories.

On retrouve parmi les altcoins les stablecoins, réputés indexés à une monnaie en circulation dans l’économie réelle, les shitcoins, considérés comme des cryptomonnaies n’ayant, de base, aucun intérêt ni aucune valeur propre. Mais il existe aussi les scamcoins qui désignent des cryptomonnaies crées pour une arnaque ou encore les deadcoins concernant les cryptomonnaies n’ayant plus de cours et cela, entre d’autres sous-catégories d’altcoins.

La variété des services liés à la blockchain permise par les altcoins

Les altcoins peuvent s’illustrer par différents services que ne propose pas le Bitcoin. Des services d’anonymisation des échanges comme avec Monero ou bien des services facilitant la rapidité et accroissant le volume des transactions tels que proposés par Litecoin.

En l’état, ils se veulent non pas des cryptomonnaies concurrentes du Bitcoin mais des cryptomonnaies ayant pour objectif de compléter ses carences. En offrant davantage de choix, ils permettent aux cryptonautes de pouvoir multiplier les expériences blockchain jusqu’à découvrir celle qui leur convient le mieux.

Par conséquent, si ils dépendent en partie du Bitcoin, ils se veulent toutefois autonomes et à même de présenter des caractéristiques nouvelles pour compléter efficacement la technologie blockchain.