Créé en 2017, Solana (SOL) a pour objectif principal de résoudre les problèmes de décentralisation, de scalabilité et de sécurité de certaines blockchains. Aujourd’hui, la startup rivalise avec Ethereum sur le secteur extrêmement compétitif des applications décentralisées, en procédant à une levée de fonds importante. Faisons le point sur les dessous de cette affaire ! 

Solana : une prochaine levée de fonds record

Selon certaines sources dont Decrypt, la levée de fonds de Solana s’élèverait entre 300 et 450 millions de dollars. Initialement, la startup avait eu l’intention de lever une somme moins importante en mars dernier. Cependant, l’accroissement de la demande aurait incité l’entreprise à réviser son objectif à la hausse.

Une précédente déclaration de la blockchain Solana avait relaté la réussite d’un round de financement de 314 millions de dollars. La société prévoit d’utiliser l’essentiel des fonds pour développer son écosystème de la finance décentralisée (DeFi). Elle compte clairement faire de l’ombre à Ethereum qui, rappelons-le, possède déjà sa propre DeFi.

Polychain Capital et Andreessen Horowitz (a16z), l’une des sociétés de capital-risque les plus importantes de la Silicon Valley, vont diriger cette nouvelle levée de fonds d’envergure. Contrairement à l’achat traditionnel d’actions, la transaction a été effectuée via l’achat de jetons numériques SOL de Solana.

Solana, plus rapide et plus économe qu’Ethereum et Bitcoin

L’équipe qui a fondé Solana en 2017 a lancé un réseau de blockchain qui serait plus rapide et plus économe en énergie par rapport aux ténors, Ethereum et Bitcoin. Ces deux blockchains peuvent en effet connaître une latence importante dans la validation des transactions, lorsque leur volume devient trop important.

Pour rappel, une blockchain est un instrument numérique permettant de stocker et de transmettre des informations sans le contrôle de l’État. Elle fait également office de portefeuille de cryptomonnaies. Outre le simple échange de monnaies numériques, une blockchain permet de garder une trace de l’historique des transactions.

Lire aussi : Concurrents Cardano et Polkadot: Ether restera-t-il la deuxième plus grande crypto-monnaie?

À noter que les blockchains, comme celles basées sur Bitcoin, se limitent au stockage et à la transmission de cryptomonnaies. Or, Ethereum et d’autres blockchains plus récentes offrent une plus de possibilités. L’avènement des jetons non fongibles (ou NFT) en sont une illustration parfaite. Celles-ci permettent aux utilisateurs d’échanger des œuvres d’art numériques à des prix exorbitants.

Ces applications décentralisées privilégient les projets DeFi dont les investisseurs en cryptomonnaies ont investi des dizaines de milliards de dollars. Cela leur permet généralement de gagner des intérêts. Par ailleurs, la DeFi aurait besoin d’une meilleure blockchain pour un développement plus important. C’est là où Solana intervient, avec une vitesse de transaction nettement plus élevée. En plus de sa latence, Ethereum est décriée pour ses frais importants.

En somme, malgré l’énorme potentiel de Solana, il y aura encore du chemin à faire. Eh, oui ! Ethereum reste tout de même la deuxième cryptomonnaie la plus utilisée, avec un cours de 3 500 dollars (juste derrière Bitcoin). Ne serait-ce que pour sa notoriété, il attirera toujours davantage d’investisseurs « prudents ». Quoi qu’il en soit, les revirements de situation sont courants dans la cryptosphère. Il ne serait pas étonnant que Solana fasse partie des blockchains de référence d’ici quelques années.